Abris de défense passive à Paris

Sous Paris demeurent les abris.
« Plus précisément ceux que la Défense passive décréta à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs milliers, dont quelques centaines étaient équipés pour répondre à l’éventualité d’une attaque au gaz, furent ainsi aménagés dans les caves des immeubles, dans le métro ou même dans les anciennes carrières. Beaucoup ne furent pas démantelés. On en voit les traces dans de nombreuses caves et des structures plus importantes peuplent encore les espaces verts ou les sous-sols d’administrations et d’entreprises. Bien oubliés aujourd’hui, les abris souterrains restent les témoins d’heures sombres de l’histoire comme de plus glorieuses, puisque c’est depuis les profondeurs de Denfert-Rochereau qu’a été coordonnée l’insurrection libératrice d’août 1944. Une plongée fascinante dans un Paris méconnu… »

 

Cette série de photos est une petite partie du travail de recherche que j’effectue avec l’historien Gilles Thomas sur les traces de la défense à Paris. Ce travail a abouti à la publication d’un livre chez Parigramme, disponible en librairie ou sur internet.